Secondary top menu

Search form

The project

Africa

Si le GFAOP  envoi les médicaments anti-cancéreux il reste malgré tout des frais à la charge des parents.

 

Dans les services de cancérologie pédiatrique il a été montré  qu'un taux d’environ 35% de malades n'étaient pas diagnostiqués, soit un enfant sur 3 parvenant à l’hôpital l (Or les UP ne reçoivent à ce jour que 15% des enfants atteints de cancer !)  car les parents n’avaient pas l’argent nécessaire.

 

Les enfants sont décédés avant d’avoir réalisé ou terminé leur bilan initial ( ou bilan diagnostic)  face au coût trop élevé pour la famille. Parfois, ces dernières mettent, 15 jours voir 1 mois pour rassembler les fonds nécessaires à la réalisation des examens. Pendant ce temps la tumeur évolue, le traitement devient plus coûteux et surtout les chances de guérison diminuent. Parfois, des familles rentrent au village sans jamais revenir faute d'argent pour payer ce premier examen.

 

C’est au regard de ces  situations dramatiques, qu’il a été envisagé qu’un forfait gratuit soit mis en place dans les unités du GFAOP pour aider les familles les plus démunies à réaliser tous les bilans initiaux nécessaires dans un délai raisonnable.

 

Cette activité doit être pilotée par  une association de parents locale en lien avec l’unité d’oncologie, son cadre infirmier et l’assistante sociale du service, s’il y en a une.

Ce « forfait gratuit pour bilan initial » prendra en charges les examens complémentaires payants : analyses de sang, radiologies, échographie et même parfois chirurgie et journées d’hospitalisation…

 

Réalisation et description de l’activité

En Côte d’Ivoire, premier pays où ce fond est mis en place,

la caisse pour ce fonds est gérée par le coordinateur de l’UP (l’infirmier major). Les bénéficiaires sont identifiés au cours des staffs ou par le médecin traitant après avoir constaté que les examens prescrits ne sont pas réalisés faute de moyen financier.

Dans la pratique, le parent du malade est orienté par le médecin traitant vers le coordonnateur. Celui-ci se présente au bureau du major avec les bulletins et les coûts des examens. Le coordonnateur remet au parent la somme correspondante. Le parent après avoir payé pour l’acte, revient lui remettre les factures ou reçus afférents aux différents examens qui serviront de justificatifs. Ces pièces justificatives lui permettront de faire un rapport financier après épuisement de chaque tranche versée.

 

Les services hospitaliers disposent parfois de dons locaux qui permettent de prendre en charge quelques enfants mais nous aimerions pouvoir disposer d'une cagnotte de 2000 à 5000 euros par an pour chacune des 13 unités d'Afrique sub-saharienne en fonction du nombre d'enfants reçus.

Nous menons des actions auprès des autorités locales afin que ces frais puissent être pris en charge à terme par les autorités sanitaires compétentes dans le cadre d'un plan cancer pédiatrique.

Partners

A ce jour, nous n'avons pas de partenaires.

Les services hospitaliers disposent parfois de dons locaux qui permettent de prendre en charge quelques enfants mais nous aimerions pouvoir disposer d'une cagnotte de 2000 à 5000 euros par an pour chacune des unités en fonction du nombre d'enfants reçus.

Contributors

All donations for this project are private for the moment.